Ty Segall – Goodbye Bread

Après le très bon Melted et le Tyrex EP, Ty Segall revient avec Goodbye Bread qu’il présente dans une interview accordée à Pitchfork comme son album le plus « sérieux et réfléchi » à ce jour. Où la volonté de faire les choses proprement est passée devant celle d’utiliser le bruit comme échappatoire facile.
Dès l’entrée en matière, on est bien en présence de morceaux plus calmes que sur le foufou Melted (qui était totalement jouissif ceci dit). Et même si le tempo s’est pris 30 ans dans la gueule, à l’inverse des Thurston Moore et Jay Mascis qui nous la jouent désormais acoustique à tous les étages, Ty Segall reste lui fidèle à sa bonne vieille Fender et à sa pédale fuzz. L’aiguille tend rarement vers le rouge mais le grain dans le son est omniprésent et la chaleur qui s’en dégage est probablement l’élément essentiel de cet album. Et puis la forme a changé mais le fond reste le même, se bonifie même : Ty Segall compose avec ses tripes et c’est l’essence même des morceaux qui donnent sens à sa musique. A l’écoute des Goodbye Bread, You Make The Sun Fry, I Can’t Feel It ou encore My Head Explodes, on se laisse charmer par le feeling que ces morceaux psyché pops procurent… Les Beatles, quoi !
Vous aurez compris, c’est moins tape-à-l’œil et crade que Melted mais plus abouti. Goodbye Bread, où quand le nouveau prince du rock garage se la joue appliquée.

My Head Explodes :

You Make The Sun Fry:

Goodbye Bread:

Auteur: Adrien

Partager cet article sur