Spiritualized – Sweet Heart Sweet Light

« Spiritualized is used to treat the heart and soul »

Le sort étant ce qu’il est, il aura fallu quatre ans à Jason Pierce pour vaincre à nouveau une maladie et nous revenir après l’excellent « Songs In A&E », son dernier album déjà marqué par la maladie, « A&E » signifiant les urgences. Jouons cartes sur table, au vu de la discographie impeccable de Spiritualized, cet album est un des plus attendus de l’année me concernant (tout comme pour beaucoup d’autres).

Après la minute d’intro symphonique tout en violons et pianos, on rentre dans le vif du sujet avec les guitares d’Hey Jane rapidement accompagnées des chœurs gospels comme à l’habitude chez Spiritualized. Le morceau est une réussite parfaite, ça « roll » véritablement pendant quasi 9 minutes. On passe par tous les sentiments à la découverte de cette Jane et les thèmes principaux de l’album sont déjà bien présents : la vie, les déchirures, les erreurs, les croyances, la mort, et bien sûr, le rock and roll.

Some say you got a rotten soul

But I say Janey loves rock and roll

Je me suis rendu compte qu’il était rare que j’accorde autant d’importance à l’écoute des paroles sur un album. Mais ces morceaux sont de véritables histoires sur ce que la vie nous réserve. Et si cet album est un grand album pop mâtiné de soul, de gospel et de blues, on sent une fois de plus que l’homme derrière tout ça est avant tout un rockeur dans l’âme, écorché par une vie qui ne l’a pas épargné.

Sometimes I wish that I was dead

Cause only the livings can feel the pain

Inévitablement, de par la force dramatique des thèmes évoqués, quand on n’accroche pas complètement à un morceau, on a par moments l’impression d’être dans un film crève-cœur de Clint Eastwood. Et là ça sent l’excès de bons sentiments. Mais cette impression passagère est inévitable, ce n’est finalement que la conséquence de ce qui rend cet album si poignant par moments. Cette impression sera bien balancée par plusieurs morceaux plus complexes et noisy qui renouent avec l’ambiance du génial « Ladies And Gentleman We’re Floating In Space » et qui apportent du corps à l’ensemble. Les amateurs de grands hymnes pop épiques ne seront pas en reste avec « So Long You Pretty Things » en guise de clôture. Une montée émouvante vers un refrain aux paroles nostalgiques qui sera répété à l’envi soutenu par une instrumentation et des chœurs fantastiques. Le refrain le plus réussi et entêtant entendu depuis longtemps.

 So long you pretty thing, God save your little soul

The music that you played so hard ain’t on your radio

All your dreams of diamond rings, and all that rock’n’roll can bring you

Sail on, so long.

Interviewé par Tommy Carcetti (Huh???) notre ami Jason dit que sa volonté était de faire un album pop à la (sa) production riche où l’on entend distinctement tous les instruments. Et sans trop vouloir se la pêter, laisse sous-entendre qu’il espérait un album intemporel, un classic. « I want to make an epic album now ». On peut dire que la réussite est au rendez-vous. La formule est facile mais pourquoi se priver : « Sweet Heart Sweet Light » est une œuvre majeure d’un artiste majeur. Une de plus.

[vimeo]http://vimeo.com/38873171[/vimeo]

Auteur: Adrien

Partager cet article sur