Sharon Van Etten – Tramp

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sharon Van Etten a les capacités de s’entourer des bonnes personnes. Depuis quelques temps déjà, elle excelle dans l’art de faire copain-copain avec d’autres noms du monde indie: on l’a entendue pousser la chansonnette avec The Antlers sur « Thirteen ». Son titre « Love More » a été repris par Bon Iver. Elle fait aussi partie des choeurs de « Think You Can Wait » des The National, desquels l’Américaine a fait pas mal de premières parties.

C’est probablement cette dernière référence qui semble la plus flagrante dans « Tramp ». Il faut dire aussi que l’album de Sharon Van Etten a été produit et enregistré par Aaron Dessner (The National) en personne. Et ça s’entend: allez jeter une oreille aux roulements de batterie sur l’excellent single « Serpents » pour vous en convaincre (« Serpents », d’ailleurs, sur lequel l’autre frère Dessner est venu y ajouter sa patte).

Parmi les autres (nombreuses) collaborations présentes sur « Tramp », on relèvera notamment celle de Zach Condon (Beirut) venu apporter sa voix si caractéristique sur « We Are Fine ». Le batteur des Walkmen passe aussi par là. Bref, quand on vous dit qu’elle sait s’entourer des bonnes personnes …

« Tramp » est donc le troisième album de l’Américaine. Mais le premier à être sorti sur l’excellent label Jagjaguwar (Bon Iver, Black Mountain, etc.). Au vu des influences et collaborations, on attendait donc quelque chose de fort. Et on n’est pas déçu ! « Tramp » se révèle être un album indie-folk relativement sombre mais ultra bien produit. Classe et intense.

La voix de Sharon Van Etten fait parfois penser à celle de la « fameuse » Lana Del Rey (relativement saisissant sur la première phrase de « Serpents »). Mais la ressemblance s’arrête, heureusement, là. Parce que celle de Sharon Van Etten est assurée, battante, pleine de vie tout et étant délicate… mais sans se la jouer pathétique.

C’est propre, sobre, bien foutu et ça s’écoute tout seul malgré quelques petites longueurs. Un album vraiment incontournable de ce début d’année 2012. Je ne sais pas vous, mais moi, je sens la hype arriver.

Auteur: Adrien

Partager cet article sur