PJ Harvey – Let England Shake

Il y a des moments comme ça où on a un peu l’impression d’avoir loupé quelque chose. Découvrir Polly Jean -PJ- Harvey avec son … huitième album me rend presque tout rouge de honte. Impossible donc pour moi de dresser d’éventuels ponts entre « Let England Shake » et le reste de l’oeuvre de l’Anglaise. De PJ Harvey, je n’avais jamais rien écouté. Jamais.

Pourtant, « Let England Shake » m’a foutu une gigantesque claque dès la première écoute. Depuis, il tourne en boucle sur la platine. Parler de perfection serait peut-être abusif. Mais cet album est en tout cas une très belle réussite. La voix de PJ est toujours juste, tantôt puissante, tantôt douce et fragile. La belle ose. Dans « On Battleship Hill », Polly Jean va loin et haut. Et derrière, la voix basse, chaude et calme de Mick Harvey et John Parish rassure. Puissant et fragile en même temps, voilà l’antagonisme primaire qui forme un « Let England Shake » plus que cohérent. Des albums comme ça, on en redemande.

L’Anglaise nous plonge dans un univers de guerre au parfum de patriotisme. Les textes sont graves, ça parle d’Angleterre, de combats, de jeunes soldats, de morts. C’est folk, c’est rock, c’est acoustique, c’est électrique, brutal et apaisant. Toujours cet antagonisme … Et au son du clairon et autres instruments oubliés aux sonorités belliqueuses (« The Glorious Land »), on irait même bien se battre avec toi, Polly Jean.

La seconde claque m’a été balancée lors de l’écoute d’un live enregistré à San Francisco diffusé sur le site de NPR. Une prestation qui foutrait la chair de poules aux plus insensibles parmi nous.

L’Anglaise finira-t-elle par me mettre K.O. ? Verdict au Primavera, d’ici une petite semaine.

Bref, vous l’aurez compris, « Let England Shake » a d’ores et déjà sa place dans mon top 2011. Et peut-être aussi dans mon top du siècle. Vous voilà prévenus.

Auteur: Adrien

Partager cet article sur