Sharon Van Etten @ AB

En franchissant la porte de l’Ancienne Belgique à Bruxelles, on le savait qu’on passerait une bonne soirée. Parce qu’une fois encore, c’était dans le « Club » qu’on a été. Cette petite salle, avec son bar, son acoustique parfaite et ces ingés son qui connaissent plutôt bien leur boulot.

Des régionaux de l’étape, Mad About Mountains, assurait la première partie. Du folk chiant. Du Neil Young de chez Lidl, du Bon Iver de chez Aldi. De la musique de neurasthénique à tendance suicidaire. D’ailleurs, ma Maman a dit que c’était naze. Et comme c’est ma Maman chérie, elle a raison, quoi qu’il arrive. Vous voilà prévenus (oui, j’ai été à l’AB avec ma Maman, ça vous dérange ?!).

Voilà, vous venez de moquer. Que foutre ! C’est vrai que sur le coup, en terme de public, on se serait un peu cru à un concert au bénéfice du Télévie: il y avait des gens d’âge mûr, des jeunes hipsters (mais pas trop, quand même), des jeunes chics qui ne vont jamais à des concerts et des enfants. Si, si, devant moi, y’avait même une fille de moins de 10 ans qui prenait des tas de photos avec l’iPhone de son papa. Trop meugnon ! (et courage pour supprimer les photos…)

Et puis tout d’un coup, Sharon Van Etten débarque avec sa bande. Et le côté très parfait de l’album « Tramp » qu’elle venait présenter se retrouve indéniablement en live: c’est excellent. Pas de fausse note. Une batterie percutante et ultra précise. Le backing vocals de sa (jolie) amie multi-instrumentiste ressort encore plus que sur l’album. Et on jouit. Tout sourire, Sharon Van Etten est heureuse d’être là et communique régulièrement avec le public qui apprécie à crever les petites vannes de l’Américaine pendant qu’ils accordent leurs instruments (sans déc’, une guitare se désaccorde vraiment en une chanson ?). Voilà, je suis amoureux et je la trouve même hyper jolie, tiens.

Les pépites de « Tramp » fonctionnent évidemment aussi bien en live: « All I Can », « Give Out » et « Serpents » sont, pour moi, de véritables tubes. Mais c’était sans compter sur des titres plus anciens (« Don’t do it », par exemple) qui font également vachement bien leur boulot. Et là, on en a pour notre argent (même si c’était pas bien cher).

Cependant -et on s’y attendait-, comme sur l’album, certains morceaux sont relativement insipides. Et on a l’impression que ça tourne en rond, que ça n’en finit pas et que la bière d’après concert n’arrivera jamais. Surtout quand on joue les prolongations limite shoegaze. Non, Sharon, ce n’est pas dans le folk qu’on fait ça, hein !

Cela dit, je ne lui en tiendrai pas rigueur. J’ai passé une excellente soirée. Et à voir les mines réjouies tout autour de moi, je ne devais pas être le seul. See you next week, Sharon !

Serpents:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7DgTuN0ByMw[/youtube]

Don’t do it:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=u6yJuPF2SMQ[/youtube]

La setlist (et si vous pouvez remplir les blancs, allez-y !)

All I Can

Warsaw

Save Yourself

Kevin’s

Don’t do it

Give out

Magic chords

Ask

Sais pas, c’était sa « première chanson », qu’elle a dit

Leonard

Serpents

I’m Wrong

Joke or a Lie

——————

Peace Signs

Love more

 

Auteur: Adrien

Partager cet article sur