Chromatics – Kill for Love

« Kill for Love » des Chromatics tourne chez moi de manière plus ou moins régulière depuis de longues semaines. Il faut bien tout ce temps pour écouter attentivement les 17 titres répartis sur les 80 minutes que comportent « Kill for Love ». Un album riche qui se promène tantôt du côté de l’électro synthétique, tantôt du côté de la pop voire de la dance. Fameux mélange des genres qui tient ensemble par cette atmosphère sombre et éthérée, probablement bien amenée par la voix douce, posée et mélancolique de Ruth Ratelet (il va vraiment falloir que je me remette à écouter de la musique de mecs, tiens).

Et franchement, ça donne bien. L’album de Chromatics renferme quelques belles perles. « Into the Black », reprise toute sobre du « Hey Hey, My My (Into the Black) » de Neil Young en guise d’apéritif met bien en place pour les petites pépites pop entêtantes et envoûtantes que sont « Back from the Grave » ou « Kill for Love ». Plus intimiste, on retiendra particulièrement « Birds of Paradise » (cette voix et ce piano, aaaaaargh) mais surtout « Candy », petite tuerie qui s’écoute à fond pour bien ressentir la basse qui prend au ventre.

À côté de cela, on retrouve de longues plages bien éloignées d’un quelconque format FM. Comme ce « These Streets Will Never Look The Same », sorte de morceau électronique à la voix synthétique, un truc bien foutu pour faire bouger du cul. On retrouve aussi des passages instrumentaux agréables à l’image de ce « Dust to Dust » tout frais, tout agréable.

Mais il fallait s’y attendre ; pour remplir ces 80 minutes, Chromatics a dû jouer les prolongations à certains moments. Je zappe systématiquement « Broken Mirrors » qui me tape rapidement sur le système. Ou ce « Running from the Sun » qui s’emporte on ne sait pas trop où.

Bref, sans que ce soit un incontournable, « Kill for Love » est globalement bien torché et s’écoute tout seul. Vu qu’il y a à boire et à manger là-dessus, tout le monde devrait y trouver son petit bonheur. Et personnellement, avec deux-trois bières dans le gosier, ce sera avec plaisir que j’irai les applaudir du côté de Barcelone à la fin de ce mois.

« Candy »:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=SbuEDkPOq9I[/youtube]

Auteur: Adrien

Partager cet article sur