Dour 2012
Juil18

Dour 2012

Comme chaque année, Dour a réussi son pari de réunir au même endroit une multitude de gens qui n’ont, a priori, rien en commun: punks à chiens, petits jeunes bien propres sur eux, métalleux, gros pleins, pères de familles, hipsters, enfants, clubbers sous acide (voire plus), rastas, fan de ska … et même hip-hopeurs rappeurs (si si, ceux avec les baskets Nike, aux chaussettes blanches tirées au-dessus du training). Dour, ce n’est donc pas que l’amour, c’est surtout la diversité. À chacun son Dour, voici le nôtre : Jour 1 On ne va pas tourner autour du pot et on a presque honte, mais on n’a rien vu. Arrivés à l’ouverture des grilles, on a entendu (de loin) Roscoe (mais de loin, c’était suffisant), La Femme (ça par contre, ça avait l’air vraiment sympa… dommage qu’ils chantent en français). Je voulais voir School is Cool qui m’avait séduit à première écoute, mais Joe Piller et ses alcolytes ont précipité les choses. Même constat pour Caribou, sauf que là, on se consolera en se disant qu’on les verra en octobre, en première partie de Radiohead. Bref, pour être honnête, on a seulement vu Franz Ferdinand, et c’était bien ! La machine à tubes était une fois encore de sortie pour un set différent de celui livré quelques semaines plus tôt à Barcelone. Plus électro, plus festif, ils ont envoyé la sauce classique et efficace (« Matinée », « Take me Out », etc.). Le tout agrémenté de quelques nouveaux morceaux et d’une reprise de Donna Summer (« I feel love ») poursuivant le dansant « Can’t stop feeling ». Il pleuvait à crever, mais ça n’a pas suffi à refroidir le public venu en nombre sautiller dans la boue de la Last Arena. Une fois encore, c’était prévisible… mais tellement jouissif. Jour 2 Petit apéro dans la « Petite maison » pour se protéger de la pluie. On ne dira rien de VO et Malibu Stacy (parce que si on dit, on va médire). La journée a finalement commencé en beauté avec Hanni El Khatib. Guitares saignantes, riffs rageurs, ça sent bon le rock garage poussiéreux. Pas de tralala: c’est simple, c’est brut, c’est propre, c’est bien foutu à l’image de l’excellent « You rascal you ». On le savait bien, mais on vous le recommande. On ne pouvait pas passer à côté de Dinosaur Jr.. Ce son de guitare chouinant et la voix de J Mascis qui rappelle la porte qui grince (copyright No Bullshit!, si mes souvenirs sont bons) passent toujours de manière bien agréable. Même si les papys ne semblent pas s’éclater des tonnes au milieu de leur mur d’amplis, ils font leur boulot et assurent plus que jamais. Niveau setlist, ils ont...

Lire la suite
BRNS – Wounded
Juil08

BRNS – Wounded

C’est assez rare pour qu’on le souligne, mais on tient (enfin !) un chouette truc belge: « BRNS », que tu dois prononcer « Brains » pour ne pas avoir l’air d’un crétin quand tu rencontres tes amis hipsters. Ils viennent tout droit de Bruxelles et ne devront probablement pas se farcir toutes les fêtes de villages pour gagner en notoriété. Et c’est tant mieux ! BRNS n’a rien à envier aux plus grands. Leur EP « Wounded » s’écoute sur le Bandcamp du groupe est sorti il y a quelques semaines et a fière allure. Dès les premières écoutes, on se retrouve en terrain connu, quelque part entre du Foals des grands jours (ces petits riffs rapides à la guitare), du Animal Collective, du TV on the Radio, voire même des nappes d’orgue et certains voix rauques à la Wu Lyf, même si on préfère laisser BRNS bien loin de la hype. « Wounded » se distinge comme un petit bijou indie, mélange pop et post-rock. On s’emballe évidemment par l’entêtant « Mexico » qui accrochera tout le monde, parce que c’est un putain de chouette morceau. Et comme vous avez bien aimé, on vous recommande d’écouter le reste de l’EP (enfin, EP… 7 titres quand même !). Prêtez donc une oreille attentive à « Here Dead He Lies » ou à « Clairvoyant », la plage d’ouverture. Je vous laisse, j’ai encore envie de l’écouter une fois ou deux avant d’aller les applaudir à Dour fin de semaine....

Lire la suite
Girls n’a plus de chanteur
Juil02

Girls n’a plus de chanteur

Christopher Owens et Girls, c’est fini. Le chanteur l’a annoncé ce lundi sur Twitter, ici, là et là. « Dear all, This may come as a surprise to many & has been an issue of much thought for me. My decision was not easy to make. I am leaving Girls. My reasons at this time are personal. I need to do this in order to progress. I will continue to write & record music. More will be announced soon. I thank you all for everything. Sincerely–Christopher » La fin pour Girls ? On l’imagine, vu la place prépondérante du désormais ex-chanteur. Aucun signe de vie du côté de Chet JR White et des autres membres du groupe. Affaire à suivre, donc. En attendant de voir ce qu’Owens va faire de son côté, on va réécouter bien sagement leurs deux albums et leur EP....

Lire la suite

Le passé ressurgit pour Placebo

Vous vous souvenez du premier album de Placebo ? Celui où un enfant portant un pull rouge y faisait une sorte de grimace ? Oui, et quelle est son importance direz-vous ??? Le jeune homme photographié, à l’époque âgé de douze ans, déclare ne pas avoir donné son accord pour l’utilisation de son image sur la pochette de l’album. Il explique aussi avoir subi les moqueries de ses camarades d’école, à tel point qu’il a dû changé d’établissement scolaire… On se demande juste quelle école au Royaume-Uni n’a pas eu d’étudiant fan de ce premier album… David Fox, aujourd’hui âgé de 28 ans, précise que son image était partout (comme il l’explique au NME) : chez Virgin, HMV, sur les panneaux d’affichage des stations métro… Le groupe n’a, pour l’instant, fait aucun commentaire et serait toujours en studio pour la sortie d’un successeur de Battle For The...

Lire la suite
Primavera Sound 2012 @ Barcelone
Juin05

Primavera Sound 2012 @ Barcelone

Comme chaque année, Barcelone accueillait la semaine dernière la crème de la crème de la musique indie-pop-rock-électro. Un condensé de ce qu’on a plutôt bien aimé durant l’année écoulée (et le reste…), et ça tombe bien ! On enfoncerait bien le clou juste pour le plaisir: le Primavera Sound, c’est l’événement incontournable pour tous les amoureux de musique et de fiesta que nous sommes. Une programmation en béton, un son parfait malgré que tout soit en plein air, du soleil, de la mer, un site bien foutu (à part peut-être la trop proche proximité entre les scènes Pitchfork et Vice, toutes les deux à front de mer), on ne fait jamais la file comme quand tu passes de la Main Stage à la Marquee au Pukkelpop, un public connaisseur et pas de jeunes pré-ados chiants, de la bouffe de festival vraiment correcte, etc. Le pied, quoi. Seul point noir, comme l’année passée : le bar. En 2012, adieu la carte qui avait tant fait parler d’elle, bienvenue au cash. Belle idée. Sauf que derrière le bar, ces messieurs dames n’ont toujours pas compris comment on s’y prend pour servir des bières de manière efficace : ils font mille aller-retours, se marchent dessus et perdent beaucoup de temps. Et ils annoncent sur les tarifs des 33cl qui, en réalité, ne font que 25cl. Le prix de 3€, lui, reste par contre inchangé. Gabi (Mr. Primavera) m’a promis via Twitter qu’il allait checker… On attend toujours… Mais là n’est pas le principal, évidemment. Le reste est grand. Très grand. Day 0 : Arc de Triomphe Avant même que le «vrai» festival ne commence sur le-dit «Parc del Forùm», l’organisation avait prévu un petit apéritif : un concert gratuit dans le centre-ville sur l’esplanade de l’Arc de Triomphe. Sous un soleil de plomb et au beau milieu des palmiers, on a pu assister aux prestations des Wedding Presents, des Walkmen venus présenter «Heaven», leur nouvel album et, finalement, des Black Lips, visiblement bons copains du Primavera. Pour la musique en elle-même, pas évident de vous faire une review en bonne et due forme: comme tout concert gratuit, le public n’en avait que foutre de ce qui se passait devant. Ca causait tout le temps (vous pouvez en juger sur les vidéos ci-dessous), on était loin. Et puis on devait se remettre de nos émotions (Ryanair : never again !) et s’acclimater aux boissons locales. Bref, on se souviendra s’être un peu emmerdés pendant les Wedding Present, avoir crié sur «The Rat», avoir tapé du pied pendant tout le set des Black Lips, mais c’est à peu près tout. Cela dit, pour un...

Lire la suite